Frédérique Joye+41 79 424 79 34

Un conte vécu

Un conte vécu
Mon ami Josy travaillait à Zurich et vivait à Villars-sur-Glâne en Romandie. Il était au seuil de sa retraite.
Pour faire le pas dans cette nouvelle dimension de sa vie, il choisit de rentrer chez lui à pied sur le chemin de Compostelle qu'il rejoignit à Rapperswil par un sentier pédestre classique. En homme de son temps, fort de toutes ses expériences de vie, il avait tout organisé et réparti selon un programme bien établi.

Le jour attendu était arrivé. Mon ami Josy partit, équipé au poil, le coeur ému et léger, l'âme remplie de sa discrète et spirituelle entreprise pour rentrer dans son foyer. Il arriva avant la soirée à la première étape, sans encombre, comme il l'avait préalablement pensé et évalué. Il fut très bien accueilli dans un couvent où il dormit comme un bienheureux. Après un petit déjeuner pittoresque, il s'apprêtait à reprendre la route quand une nonne lui demanda comment il envisageait sa journée. Il lui donna tous les détails de son parcours. La nonne, pensive, lui fit remarquer qu'il n'était pas vraiment en train de vivre St Jacques de Compostelle. Mon ami Josy l'écouta avec attention, comme il le fait toujours: elle lui expliqua qu'il fallait partir sans rien prévoir sur le chemin pour accueillir ce qui s'y présenterait. Ni une, ni deux, mon Josy prit le téléphone et annula aussitôt toutes ses réservations: on fait une démarche symbolique ou on ne la fait pas!

Il reprit son chemin, un semblant d'appréhension dans le coeur. Etait-ce bien raisonnable d'avoir suivi son impulsion et de partir ainsi comme un jeune homme à l'aventure vers sa retraite? Il marcha cependant toute cette radieuse journée, à l'écoute de ses rythmes, le corps et l'esprit réceptifs aux enchantements.

Le jour tirait à sa fin et l'inquiétude se présenta en lui: il se trouvait dans un petit hameau loin de tout lieu-dit, à Flüeli-Ranft, le village natal de Nicolas de Flüe. Il ignorait encore ce qui l'attendait dans la maison construite par sa dernière fille. Il aperçut une dame âgée qui fermait un volet à l'étage de sa demeure. Il l'interpella, lui demanda si elle connaissait un endroit où se restaurer et passer la nuit. La femme le dévisagea tranquillement et finit par l'inviter à partager sa modeste soupe. Mon ami Josy ressentit une onde de reconnaissance et de joie transmuter toutes ses cellules fatiguées d'une nouvelle énergie. Ils partagèrent le repas chaud et savoureux en bavardant avec entrain. Elle lui confia ses visions du monde et qu'elle croyait en le tout puissant et en le tout aimant: les côtés masculin et féminin du Vivant. Elle finit par lui proposer de dormir sur le sofa, ce que mon Josy accepta avec gratitude.

Le lendemain, ils partagèrent café et tartines. Mon ami Josy observait son hôtesse avec une curiosité toute "PNListe" (issue de la PNL). Elle était vraiment âgée et en même temps si jeune, si alerte et si gaie: comment faisait-elle? A brûle-pourpoint, il le lui demanda. Et elle lui offrit cette toute simple réponse: " Oh! dit-elle, c'est très simple! Je ne demande plus rien. Toute la journée, je dis Merci! Merci à tout ce qui m'est donné de voir, de sentir et d'entendre. Je dis merci à la vie, à Dieu, à mon corps, à ce qui est. Et tout cela fait que ma vie est un grand présent!" Elle lui a souri, absolument rayonnante!

Quelque temps plus tard, dans le coeur de la connivence propre à notre amitié, les yeux tous pétillants, mon Josy m'a raconté cette histoire qui habite mon âme depuis. Quel cadeau!
Frédérique Joye

"Par votre propre expérience, lorsque vous savez que certaines choses sont bonnes et vraies, alors acceptez-les et suivez-les" Bouddha